Derniers sujets
» Petit doudou, grande honte [PV. Chun-Hei]
Like an animal PV Caesar EmptyMar 16 Juil - 15:15 par Memi Yuguchi

» . signaler une absence
Like an animal PV Caesar EmptyMer 10 Juil - 20:46 par Emi Hiroharu

» A la recherche d'amis!
Like an animal PV Caesar EmptyMar 2 Juil - 20:09 par Chun-Hei Cheong

» [Terminé] Le "vol"c'est mal [PV. Chun-Hei]
Like an animal PV Caesar EmptyMar 2 Juil - 18:26 par Chun-Hei Cheong

» . faire une demande de partenariat
Like an animal PV Caesar EmptyLun 1 Juil - 17:51 par Invité

» I NEED YOUUUU
Like an animal PV Caesar EmptyDim 30 Juin - 21:15 par Amour Mcdonald

» Game Over • Amour
Like an animal PV Caesar EmptyDim 30 Juin - 16:26 par Jayden Van Astrea

» KAGE BUNSHIN NO JUTSU
Like an animal PV Caesar EmptyDim 30 Juin - 16:20 par Jayden Van Astrea

» Peek A Boo
Like an animal PV Caesar EmptyDim 30 Juin - 16:16 par Invité


Partagez

Like an animal PV Caesar

Invité
Invité
Anonymous
Like an animal PV Caesar Mer 13 Mar - 16:47

Like an animal
Milieu d'après-midi, il faisait une température totalement indécente dehors. Oui de la pluie, c'est indécent. Je venais de regarder par la fenêtre de ma chambre pour la troisième fois, quand je pris la décision de sortir de cette cage... Enfin de cette pièce. Mais surtout, je voulais me dégourdir les pattes. Alors, j'ouvra légèrement la porte de ma chambre et en me positionnant en arrière de celle-ci, j'enleva mes vêtements et je me transforma en chat. Un mignon chat noir avec la patte avant gauche blanche.

Cela prenait toujours un délai de deux à trois minutes avant que je puisse ne serait-ce qu'avoir un contrôle sur ma transformation. Le chat était mon animal fétiche et c'était le seul que j'étais capable de garder ne serait-ce qu'un minimum de contrôle. Bien entendu, mes instincts parlaient encore beaucoup pour moi, mais j'avais conscience d'être un chat, j'étais capable de comprendre la langue humaine et de lire les choses. Et ça, j'y étais capable qu'en prenant la forme de cette sublime boule de poils.

Une fois que je pris conscience de tout mon être, je sortis de ma chambre, monta sur le meuble à côté de la porte et utilisa ma patte pour fermer en douceur ma porte de chambre. J'avais d'ailleurs déplacer le meuble de quelques centimètres pour me donner l'occasion de le faire. Je ne criais pas haut et fort que je pouvais me métamorphoser, j'étais nouveau, j'avais le droit de garder mes secrets pour le moment.

Certain que ma chambre était fermé, je me dirigea d'instinct vers les odeurs attirantes. Je me faufila ici et là jusqu'à trouver devant moi, de la nourriture... De la nourriture travaillée, donc cuisinée et je ne pensais donc plus à rien, sauf peut-être déposer ma petite langue sur la dites nourriture pour y goûter.

D'un pas feutré, je m'approcha de la tentation, en oubliant momentanément se qui pouvait bien m'entourer...
© 2981 12289 0
Invité
Invité
Anonymous
Re: Like an animal PV Caesar Jeu 14 Mar - 20:02

Like An AnimalT'es Mignon, Tu Peux Manger.
Caesar.A
Andros
Kasey
Shirai
Cela faisait seulement un petit mois que tu avais débarqué sur ces terres nouvelles, tu avais donc passé ce long moment à t’adapter à ton nouvel environnement et aussi à prendre tes marques. Le rythme de vit changeait un peu de ton ancienne vie et surtout, il était étrange de ne te trouver qu’avec des personnes du même genre que toi. Tu entendais par là, des personnes aux capacités uniques comme toi, il fallait s’habituer à voir un monde empli de chose extraordinaire, devenir une normalité ici. Ce n’était pas si déconcertant pour le coup, ta curiosité l’avait rapidement emporté et le mois avait filé sans que tu viennes t’en rendre compte.

Malgré ta prise de repère pour la vie de tous les jours, tu n’avais pas beaucoup de fréquentation, de camarade ou même d’amis. Tu n’avais jamais vraiment eu la chance de sociabiliser et tu n’avais pas compris comment faire, sachant plutôt comme manipuler les gens ou toucher la corde sensible pour avoir ce que tu voulais, tu ne savais pas créer une relation saine et équitable. Peut-être que cette école pourrait t’apprendre ça avec le temps, mais ta survie était l’étape la plus importante pour le moment. Tu savais donc quoi faire après un mois, pour te débrouiller seul à présent, où manger, acheter le nécessaire, heureusement qu’il existait un village sur cet île, cela rendait les choses plus sympatique et aéré qu’un simple campus de type universitaire.

Tu avais donc pris l’habitude d’acheter de quoi cuisiner et de faire toi-même tes repas, tu aimais passer derrière les fourneaux, c’était une activité qui avait toujours l’incroyable capacité de te vider la tête de tes problèmes. C’était satisfaisant aussi, comme si le fait de s’investir, te récompensait par des plats réussis, puis par la suite de plus en plus créatif. Tu n’avais donc aucun problème à souvent te préparer des repas pour le midi et le soir. Puis, il t’arrivait même d’en faire beaucoup, pour conserver pour plus tard ou simplement pouvoir te consacrer aussi à d’autres choses. L’île offrait beaucoup de plaisir pour se contenter de la cuisine uniquement.

Et comme beaucoup d’autres jours, tu t’attelais donc à préparer ton repas du midi et sans doute du lendemain, tu avais d’autres projets pour la journée qui allait suivre. Tu avais donc emprunté la cuisine de l’endroit passé derrière les fourneaux. Aujourd’hui, c’était poisson, mais tu n’allais pas le préparer aussi simplement que ça et sans rien autour. Il s’agissait de saumon, un poisson commun, mais qui possédait surtout une chair grasse, qui allait rendre du jus et des sucs pour ta préparation. Tu commençais donc la préparation de ce dernier, sortant le morceau assez copieux que tu avais acheté pour ce plat.

Ainsi, tu le découpais dans un premier temps en tranche assez épaisse, la largeur d’une tranche de pain, par la suite, tu faisais des incitions sur les tranches de saumon obtenu pour faire des frites de saumon, tu exécutais une dernière série de coupures, afin d’en réduire la taille et leur donner une forme de lardon. À côté de ça, tu préparais une grande casserole d’eau que tu faisais bouillir pour préparer des tagliatelles assez particulière, elles étaient orange, montrant le fait qu’elle était composé de piment d’espelette.

Tu continuais sur ta lancée, en préparant rapidement une autre casserole dans laquelle tu faisais couler quelques filets d’huile d’olive. Le tout commençait à chauffer lentement, ce qui te laissait le temps de préparer le reste des ingrédients. Tu découpais donc un oignon du plus classique, une séparation en deux pars égales et tu faisais des simples tranches, aimant le fondant des oignons bien cuits. Tu les mettais par la suite dans la casserole où se trouvait l’huile, pour les faire colorer dans un premier temps, révélant leur saveur et ensuite les laisser devenir translucide.

Par la suite, tu ajoutais minutieusement les lardons de saumon, les laissant cuire d’une face, comme si tu faisais une poêlée de saumon, les rendant croustillants d’un côté et fondant de l’autre. Cette cuisson te donnait le temps de jeter tes pâtes dans l’eau et sortir du vin blanc, une crème végétale et du Parmigiano Reggiano. Lorsque le saumon perdit sa couleur rosé, pour paraître plus pâle à présent, tu versais le vin blanc dedans pour déglacé le tout et faire un début de fond de sauce pour la préparation en récupérant les sucs de la première cuisson.

La crème rejoind rapidement le contenue pour faire épaissir la chose et créer une texture onctueuse, tu poses un couvercle sur le tout, le temps d’égoutter les pattes. Tu dresses alors une assiette sur laquelle, tu déposes les tagliatelles dans un premier temps, la sauce par-dessus et du parmesan que tu râpes légèrement. Tu laisses par la suite la chose de côté, pour commencer à faire un peu de rangement et préparer d’autres plats, pour tes prochains repas. La tâche ne te prend pas plus de quelques minutes et lorsque tu te retournes, tu vois un spectacle assez surprenant.

Un félin, un chat se trouve sur la table et surtout attaque sans gêne ton repas, ton plat que tu venais de préparer et que tu avais hâte de savourer pour le coup. Tu approchais de ce dernier qui ne semblait même pas te prendre en considération, ta main se posait alors sur son cou, pour le soulever par la peau de ce dernier. Tu faisais un rappel à l’ordre, comme une mère avec son enfant félin.

« Non, mais tu te crois où toi ? On ne vole pas dans les assiettes des autres. »

Tu le tournais vers toi, pour le regarder un peu plus, le trouvant assez mignon et adorable comme la plupart des chats, mais sa petite patte blanche et ses yeux étaient un cran au-dessus des autres. Tu souriais, quelque chose de rare pour le souligner, mais tu fondais la plupart du temps devant les animaux et surtout tes parents n’avaient jamais cédé pour que tu en adoptes un. Tu le reposais alors sur la table, rapprochant l’assiette de lui.

« Tu as de la chance d’être mignon, je te pardonne pour cette fois-ci, mais la prochaine miaule pour avoir une part, au lieu de te servir dans mon assiette. »

Tu sortais derrière une autre assiette pour te préparer une nouvelle portion et laisser le félin consommer autant qu’il désirait de ta préparation. Tu t’installais alors proche de lui, pour commencer à manger.

« Bon appétit. »
Like an animal PV Caesar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» QUEL EST L'ANIMAL QUI TROMPETTE ?
» Salade Caesar , recomposée
» Animal Crossing
» imaginez que je sois un animal!!!!!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tandem Academy :: la tandem academy :: Cœur de l'académie :: Dortoirs des garçons-
Sauter vers: